Quels accessoires ?

Le soutien-gorge d’allaitement

N’imaginez pas une seconde vous passer de lui. Certes, il est large, peu esthétique et n’a généralement pas d’armatures (chose peu agréable quand on a une poitrine plantureuse), mais voilà, il fait très bien son job tout en vous permettant de dégainer facilement le nichon. Il vous sera même suggéré de le mettre la nuit, une idée qui vous paraît peut-être saugrenue mais qui finira par vous convaincre.

Il est possible aujourd’hui de trouver de la pimpante lingerie pour allaitante. Choisissez-la dans une matière qui laisse respirer la peau, comme le coton.

Avec ou sans baleines ?

Ce n’est pas pour vous enquiquiner qu’il est conseillé de mettre un soutif d’allaitement dès la grossesse, mais bien pour laisser vos seins s’épanouir pleinement (si, si). Car, bourrés d’hormones, avec les veines qui carburent et la fabrique de lait qui chauffe, ils ont besoin de place pour se développer. Leur métamorphose ne s’arrêtera pas à l’accouchement, vous allez connaître de charmantes phases pendant lesquelles vos seins passeront du bonnet B au bonnet F en quelques heures. Ne lésinez donc pas sur les soutifs étudiés pour.

Évitez tout risque de bourrelet : exit baleines et lingerie trop serrées. Cela vous évitera de la gène et surtout des engorgements qui font un mal de chien. Vous ne voyez pas le rapport ? Voici comment cela se passe :

Un soutif trop serré, ou à armatures, compresse vos lobules qui peuvent se boucher.

Tandis qu’un soutif d’allaitement les laissera en paix… comme des testicules dans un boxer.


Si vous ne pouvez vraiment pas vous passer d’armatures, attendez quelques mois avant d’en remettre. Le volume de vos seins, ayant pris le pli de l’allaitement, devrait s’être stabilisé.

Vous détestez porter un soutif ?

Si votre poitrine ne quitte pas son bonnet A, chose rarissime, vous pouvez éventuellement vous en passer. Mais pour celles qui sont passées au bonnet E en un claquement de doigts, rappelez-vous que vos seins sont peu soutenus anatomiquement et que votre peau pourrait ne pas supporter leur poids… et lâcher.

Le risque : des nichons qui pendent jusqu’au nombril… à vie ! De quoi vous rendre raisonnable, non ?


Le coussinet d’allaitement

Anti-fuite

Lui aussi sera probablement votre grand ami. Surtout en début d’allaitement, quand vos seins auront la fâcheuse tendance de fuir. Pensez aussi aux imprévus qui vous donneront des montées de lait ingérables : à vous le t-shirt trempé à la Tea Party de la belle-doche, la chemise tachée devant le charcutier ou le lit inondé à votre réveil.

Vous avez le choix : jetables ou lavables. Misez sur une matière qui convient à la peau : fibres de coton, de bambou… il y a de tout.

Une fois le coussinet choisi, glissez-le dans votre soutif et continuez votre vie. Il se chargera d’absorber le surplus.

Apaisant

Certains coussinets sont chauffants, ou rafraîchissants, et soulagent en cas d’engorgement ou de montée de lait douloureuse.

La coquille

De manière générale, et surtout pour éviter de minis engorgements, veillez à ce qu’elle ne soit pas comprimée par le soutien-gorge.

Protège-mamelon

Idéal si votre téton crevassé ne supporte plus aucun contact, même celui du tissu. En silicone et perforé, il soulage tout en laissant le sein respirer pour mieux cicatriser. Comme pour la téterelle du tire-lait, il faut le choisir à votre taille. Parlez-en avec votre pharmacien (ou à un spécialiste) avant d’en acheter.

Recueille-lait

À prendre avec des pincettes car, sous ses airs de « tes nichons sont pleins, laisse-moi t’éviter une fuite disgracieuse », il peut entretenir la lactation puisque c’est le titillement du téton qui active la fabrication du lait. Ne le gardez pas toute la journée, comme vous le feriez avec un coussinet : geyser et engorgements assurés !

Il est par contre parfait pour récupérer le lait qui s’écoule du sein non bu au cours d’une tétée. Lait qui peut être conservé, mais gare à ne pas le laisser traîner plus d’ 1/2 heure dans la coquille. Passé ce délai, les bactéries prolifèrent.

Le bout de sein

Non seulement il soulage en cas de crevasse, mais il peut aussi être sacrément utile en cas de téton plat ou ombiliqué. Soyez néanmoins prudente car :

– utilisé en continu dès le début, Bébé peut le préférer à votre sein « nu »,

– il diminue la stimulation du téton, et donc la fabrique de lait,

– privé d’air, votre sein peut développer du muguet.

À n’utiliser donc que si vous n’avez pas le choix !

Le DAL (ou dispositif d’aide à l’allaitement)

Rarement mentionné, il est pourtant primordial quand Bébé est prématuré ou trop fatigué pour téter efficacement.

Reliée à une poche pleine de lait, une petite sonde est glissée pendant la tétée dans le bec de Bébé qui reçoit ainsi, tout doucement, du complément. Vous pouvez aussi le fixer à un doigt que vous lui faites sucer. Malin !

Évitez de gaver Bébé comme une oie avant les fêtes. Son estomac étant minuscule, il est préférable de lui donner une petite dose de lait à chaque tétée.


Le biberon d’Haberman

ficheaccessoire-haberman-details

Si Bébé a un bec de lièvre ou une fente palatine, cette petite merveille est la bouée de sauvetage de son allaitement.

Voici son fonctionnement :

1. Comme tous les biberons, il est muni d’un récipient qui contient le lait.

2. Une valve anti-retour est fixée dans le bouchon. Elle empêche l’air de passer dans la tétine et évite tout débordement.

3. La forme particulière de la tétine limite une confusion avec le sein. Elle réagit à un effort de succion très faible et son débit peut être géré par le parent.


Le biberon cup

ficheaccessoire-cup

Top si Bébé a des problèmes de succion ou s’il refuse d’avaler ses compléments avec un bib.

La tétine est une sorte de cuillère en silicone qui permet boire sans téter. Bébé lape, évitant tout risque de confusion sein/tétine.

 




Petite pause à la tireuse !

Tétées entêtées n’illustre plus les témoignages durant quelques mois, mais vous prépare une jolie surprise... Rendez-vous le 7 novembre pour vous en dire plus !