Comment tirer mon lait ?

Qui a dit « vache laitière » ?! Alors oui, tirer son lait peut vous donner le sentiment de n’être qu’un pis sur pattes. Mais il est parfois bien utile, voir vital, de savoir exprimer son lait.  Voici d’ailleurs quelques raisons (parmi des dizaines) :

– Lancer la production de lait à la place de Bébé né prématuré,

– nourrir Bébé en votre absence,

– désengorger un sein aussi tendu que les biceps d’Hulk,

– reprise du travail et désir de poursuivre l’allaitement,

– grève de tétée de Bébé,

– raison médicale, votre lait étant contaminé par un traitement, exit les tétées pendant 15 jours, (cette raison est rare, beaucoup de médicaments sont compatibles avec l’allaitement – on le rappelle : pas d’automédication !),

– etc…

Un geste en deux temps

Celles qui pensent qu’il suffit de coller une pompe au nichon pour voir jaillir le lait sont dans le (presque) faux. Il n’y a pas qu’une action, mais deux : la phase de stimulation et le réflexe d’éjection. Elles sont indissociables et inévitables.

La première consiste à titiller le téton pour que les canaux lâchent leur précieux contenant (merci l’ocytocine). En début de tétée, Bébé tète vigoureusement. Dès les premières gouttes de lait senties, il change de rythme pour commencer son repas : c’est la seconde phase, où le lait sort à profusion.

fichetirersonlait-pahses2


Vous le verrez facilement en retirant Bébé un seconde de votre nichon. Un puissant jet de lait sort de votre mamelon, arrosant son nez par la même occasion.

Il faut bien avoir ce mécanisme en tête quand vous tirez votre lait. Car c’est exactement ce que vous allez faire !

Préparation

Installez-vous pépère et veillez à ne pas être dérangée. Lavez-vous bien les mains et tous les ustensiles qui vous seront utiles, et n’oubliez pas de noter la date et l’heure du recueil. Tout ceci semble évident, mais mieux vaut prévenir que guérir.

Si vous êtes en panne et qu’aucune goutte ne sort (ça arrive), n’hésitez pas à regarder Bébé ou une de ses photos, à sentir un de ses vêtements ou à aller dans sa chambre… ça marche bien. Quelle maman n’a pas eu une montée de lait en entendant Bébé, ou même celui d’une autre, pleurer ? C’est exactement pareil ici.

fichetirersonlait-preparation


Bien tirer son lait dépend aussi de la tête !

À la main

Vous comparez le tire-lait à une machine de torture ou un tue l’amour ? Le recueil manuel est fait pour vous !

Voici comment faire :

Réveiller le sein

fichetirerlait-main1a


1. Du bout des doigts, faites de petits massages circulaires de l’extérieur du sein vers l’aréole.

fichetirerlait-main1b


2. Utilisez ensuite la paume de la main pour masser et presser légèrement, toujours de l’extérieur vers le centre.

Recueillir le lait

fichetirerlait-main2a


3. Placez votre pouce audessus du mamelon, les autres doigts au-dessous, puis appuyez contre vous.

fichetirerlait-main2b


4. Gardez vos doigts en place et resserrez la prise (sans pincer à mort non plus). Répétez ce mouvement jusqu’à la sortie du lait.

5. Recueillez

6. Si le lait ne coule plus, changez vos doigts de place sur le sein et recommencez.

N’oubliez pas d’être douce. Si vous jurez de douleur, c’est qu’il y a un problème quelque part.

Il vous faudra un peu de temps pour avoir le geste bien en main. Mais gardez espoir, vous pourrez bientôt remplir un bib les doigts dans le nez.

Au tire-lait

Manuel ou électrique, le travail est moindre avec cet outil.

La version électrique ne demande que peu ou pas d’effort (appuyer sur un bouton, tourner le niveau… houlala c’est dur). Le plus difficile sera probablement de choisir le votre. Chacun son mode d’emploi, même si le principe est souvent le même pour tous.

La version manuelle est plus touchy, car vous allez devoir choper le bon geste pour être efficace. Ayez bien en tête les deux temps de la tétée et faites pareil  :

Réveillez le sein

1. Pompez doucement, mais rapidement, pour stimuler la lactation. N’appuyez surtout pas à fond sur la poignée, car il faut juste éveiller le téton.

Recueillez le laitfichetirersonlait-refustire

2. Dès l’arrivée des premières gouttes de lait, réduisez la cadence. Vous pouvez alors presser d’avantage sur la poignée, sans pour autant vous faire mal.

3. Si le lait se raréfie, reprenez à la première phase le temps que le réflexe d’éjection revienne.

 

Certaines parmi vous ne pourront jamais utiliser de tire-lait. La tête ne veut pas, point barre. C’est rare, mais ça existe, question de bol. Ne déprimez pas pour autant, il vous reste la méthode manuelle !


 HYGIÈNE

Stériliser or not stériliser ? Zat is ze question. Il y a les deux écoles, donc c’est à vous de choisir.

Si vous êtes flippée des microbes, préférez la stérilisation. Mais attention à ne pas salir le tire-lait en le rangeant ! Exit donc le placard poussiéreux, l’égouttoir plein de calcaire ou la pochette dédiée à cet effet mais dans laquelle il reste des traces de lait. Il faut que ce soit aussi propre que si une princesse Disney l’avait nettoyé.

Pour les autres, optez quand même pour un goupillon réservé à cet effet.

 




Apportez votre goutte de lait au milkshake !

Triste, drôle ou tendre, racontez-nous une anecdote et retrouvez-la dans Têtées entêtées !